Vous avez dit anxiété ?

L’anxiété est une prédisposition normale de notre corps, une émotion utile. C’est un système d’alerte, prévu pour nous aider en cas de danger. L’anxiété fait donc partie de notre vie, elle ne peut disparaître. Le mot lui-même vient du latin angere qui signifie « serrer », faisant écho au sentiment d’oppression lié à cet état.

 

Les problèmes surgissent quand ce sentiment se déclenche sans raison, ou pour un motif futile, et que le corps reste anxieux sans possibilité de revenir à la normale avant plusieurs heures, voire plusieurs jours. Et enfin que cet état impacte le rythme de vie durant plusieurs mois en créant des blocages, des phobies, des douleurs, un mal être handicapant. Là, nous pouvons qualifier ce comportement de Trouble de l’Anxiété Généralisé (T.A.G.). Cet état spécifique est classifié par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) parmi les autres troubles anxieux (F41.1) avec la définition suivante : « Anxiété généralisée et persistante qui ne survient pas exclusivement, ni même de façon préférentielle, dans une situation déterminée, l’anxiété est flottante. Les symptômes essentiels sont variables, mais le patient se plaint de nervosité permanente, de tremblements, de tension musculaire, de transpiration, d’un sentiment de tête vide, de palpitations, d’étourdissements et d’une gêne épigastrique. Par ailleurs, le sujet a souvent peur que lui-même ou l’un de ses proches tombent malade ou ait un accident. »

Concrètement, en état d’anxiété, notre cerveau émotionnel prend le dessus sur notre cerveau cognitif. Nous sommes ainsi plus en mesure de penser correctement, le corps souhaite réagir rapidement à une situation d’alerte afin de se protéger au mieux. Cet état va donc déclencher de nombreuses modifications chimiques (production d’hormones, neurotransmetteurs) au sein de notre corps, afin de réagir selon 2 modes possibles : fuir ou combattre. Normalement, cette décharge chimique redescend en quelques minutes, le corps générant d’autres molécules pour se freiner. Mais dans le cadre d’un TAG, non seulement le cerveau « bug » en se mettant en état anxieux sans raison, mais la redescente ne s’effectue pas ou très lentement. Cela entraîne des taux anormaux d’hormones dans le corps, comme le cortisol, en entraîne divers symptômes somatiques : céphalée, nausée, douleurs abdominales, douleurs dorsales, vertiges, insomnie, etc. Mais aussi des souffrances psychologiques comme la mélancolie, la lassitude, ou pire la dépression.

Voilà, en quelques mots ce qu’est l’anxiété.

Il existe de nombreux moyens, médicamenteux et alternatifs, pour améliorer la situation et guérir. C’est ce que nous verrons tout au long de ce site.  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s