Le sommeil : à protéger !

Dans le cadre de la gestion de l’anxiété chronique, un focus doit être fait sur le sommeil, en effet, c’est un point crucial en termes d’hygiène de vie. Un mauvais sommeil est source d’anxiété. Aussi, vous devez mettre tout en œuvre pour respecter au mieux cette phase de votre journée, et obtenir un sommeil réparateur. Sans ce point-là, une guérison sera difficile. En général, les médecins s’attaquent d’abord au trouble du sommeil, appelé un symptôme aigu,avant de pouvoir agir sur d’autres problèmes. Une durée moyenne de sommeil dit« réparateur » est estimée de 7 à 9 heures en fonction du besoin naturel des personnes. Dans le cadre des troubles qui vous touchent, vous verrez que les insomnies se traduiront par des difficultés à l’endormissement, dues à des phases de ruminations et d’anxiété excessive, ainsi que des réveils nocturnes vers 4 heures.

Le neurotransmetteur Sérotonine joue un rôle très important dans la régulation du sommeil, il est nécessaire à la production de Mélatonine, qui est une hormone, qui, pour faire simple, va donner l’ordre à notre corps de se mettre en sommeil, et qui se« cale » sur les flux de lumière pour s’activer ou se désactiver. Un déficit de Mélatonine est à l’origine de nombreuses insomnies, il est en général issu d’un déficit de Sérotonine, qui est lui-même la résultante d’un burnout et /ou d’anxiété chronique. Ainsi, il est essentiel de pourvoir à un déficit de Sérotonine pour améliorer la qualité de son sommeil, mais pas seulement.

Voici quelques consignes pour améliorer naturellement le sommeil : Quelle que soit l’heure en fin de journée, si vous sentez la fatigue arriver, ne luttez pas, couchez-vous. Eliminez toutes sources d’excitations une heure avant le coucher : écrans de smartphone, télévision, etc. Lisez, c’est mieux ! Prenez soin d’avoir une chambre « fraîche » à 18° (aérez obligatoirement votre chambre 15 minutes par jour même en hiver), de même au moment du coucher laissez votre corps se refroidir (même si cela n’est pas agréable). Pour le moment tâchez de vous coucher pas après 22 heures. Dans la mesure du possible, tâchez de vous lever à peu près toujours à la même heure, y compris le week-end.

Si vous avez des difficultés à l’endormissement, vous pouvez d’une part essayer une prise de Mélatonine 30 minutes avant le coucher, et une prise de Passiflore et de Mélisse deux heures avant. Sur le long terme, le Griffonia vous aidera également. D’autre part écouter une musique relaxante, une séance de méditation, ou des bruits de la nature (même si vous vous endormez avec les écouteurs cela n’est pas grave), dans votre lit, peut aussi vous aider et limiter les ruminations.

Si vous vous réveillez en pleine nuit, prenez 30 minutes pour essayer de vous rendormir, si cela ne fonctionne pas, alors levez-vous et pratiquez une activité quelque peu ennuyeuse (repassage, rangement, lecture d’un livre inintéressant, etc.), avant de vous recoucher. Si rien n’y fait, alors mieux vaut se lever et commencer sa journée,même si avec l’anxiété qui vous tient cela ne sera pas facile.

Vous devrez peut-être aussi avoir recours à des médicaments (somnifère, anxiolytique, psychotropes divers),au moins au début, pour dormir. Prenez-les ! Encore une fois, il est primordial d’avoir un sommeil à minima réparateur pour espérer des améliorations sur les autres points. A ce sujet, les somnifères et autres anxiolytiques, s’ils fonctionnent bien, ont une pharmacodépendance élevée ce qui ne permet pas toujours un usage sur le long terme, mais ce qui permet d’amorcer une phase d’amélioration et de soulagement sur quelques semaines. Toutefois, si au bout de 2 mois de médication vous sentez en avoir encore besoin, discutez avec votre médecin, et voyez si d’autres molécules type neuroleptique sans accoutumance ne pourrait pas également faire effet sur vous, je pense notamment à la cyamémazine, un neuroleptique anxiolytique et sédatif sans pharmacodépendance.

Enfin, en cas de manque de sommeil, allouez-vous une sieste de 30 minutes dans la journée.

En conclusion, le sommeil est une des clés de la guérison, respectez-le, mettez tout en œuvre pour l’améliorer. Et appliquez-vous à une saine hygiène de vie, autrement dit, un minimum d’activité sportive, une nourriture correcte, des horaires stables, pas de produits toxiques type tabac, café, ou encore moins cannabis, faites des poses, adaptez votre rythme de vie, trouvez un équilibre entre le travail et la famille, etc. Faites le point sur ces différents thèmes au cours du mois passé,notez ce qui vous a semblé bien et moins bien, et corrigez si nécessaire,parlez-en avec votre conjoint qui aura un autre regard. Faites-vous un véritable programme, écrivez les cycles de votre semaine : repos, couché,sport, méditation, sorties, etc. Soyez conscient que vous allez devoir vivre durant quelques temps de cette façon, si vous n’êtes pas organisé c’est le moment de s’y mettre un peu. Vous pouvez faire des écarts, lors d’une soirée, d’une sortie, c’est même souhaitable, car la vie n’est pas qu’un programme rigoureux,mais le reste du temps soyez consciencieux dans le respecte de vos cycles et de votre corps.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s