Anxiété et dépression, guérir avec les probiotiques…?

Comme déjà évoqué dans certains articles sur ce blog, diverses études ces dernières années tendent à montrer un lien fort entre notre intestin et notre cerveau. Le fonctionnement de notre intestin influencerait nos humeurs (anxiété, dépression), mais aussi d’autres comportements.

Le processus en cause n’est pas identifié à ce jour et se joue très certainement à plusieurs niveaux, dont la voie sanguine et la voie nerveuse via le nerf vagal. Une des pistes les plus sérieuses s’oriente vers le microbiote, autrement dit les colonies de bactéries qui se trouvent dans notre intestin (mais aussi dans le côlon). On parle de plus de 40 milliards de bactéries, micro-organismes vivants, issus d’environ 700 souches différentes ! Un véritable microcosme au sein même de notre corps…


En 2004, au Japon, un centre de recherche médicale de l’université de Kyushua a démontré que des souris privées de microbiote, on dit alors qu’elles sont axéniques, déclaraient des troubles anxieux. Et, l’inversion du processus annulait les comportements anxieux. En les observant via des IRM et des tests comportementaux, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que l’absence de microbiote sur-active l’axe du stress dit hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Depuis, plusieurs tests, environ 10 000, de ce type ont été menés dans différents pays arrivant aux mêmes conclusions.


De ces découvertes, certains laboratoires ont émis l’hypothèse de soin en modifiant, enrichissant, le microbiote, utilisant pour cela des souches de bactéries probiotiques (que l’on trouve aujourd’hui facilement en pharmacie en vente libre). Des études concluantes ont été menées en ce sens. En 2011, en Irlande, un centre de recherche teste une souche de bactéries, Lactobacillus rhamnosus, sur des souris et obtient au bout de 30 jours une baisse significative de leur réaction face au stress. Le responsable de cette étude, le Pr John Cryan, conclut dans une interview : « « Lactobacillus rhamnosus pourrait servir comme antidépresseur et anxiolytique grâce à ses effets sur le nerf vague. Des études sont en cours pour examiner l’effet de ce microbe sur la réponse au stress chez l’humain. » Cette piste est prise très aux sérieux. En 2014, en France (laboratoire ETAP-Éthologie appliquée de Vandoeuvre-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle), des tests sont réalisés sur des humains, en utilisant 2 souches de probiotiques : Lactobacillus helveticus et Bifidobacterium longum. Après 30 jours de traitement, le groupe sous probiotiques voit son anxiété diminuer par rapport au groupe placebo.


Bien que ces études soient prometteuses, il reste de très nombreuses inconnues. De plus, de nombreux tests sur l’homme n’ont pas abouti à une amélioration, et les chercheurs pensent que tout le monde n’est pas réceptif à ce type de traitement, probablement dû à la composition initiale de son propre microbiote, ce qui laisserait supposer la nécessité de traitement unique par personne.


A ce jour, en 2019, il n’existe aucun consensus scientifique sur le sujet, mais des indices probants et des pistes encourageantes à explorer. Cependant l’interaction intestin-cerveau via le microbiote et le nerf vague est une quasi-certitude. Nous pouvons estimer que des solutions fiables émergeront d’ici moins de 20 ans.


Ces recherches médicales récentes nous apportent 2 informations essentielles : d’une part l’importance de notre nutrition, même si en l’état il est difficile de définir ce qui convient à chaque personne on peut légitiment estimer qu’une alimentation variée, saine et faible en traitement chimique ne peut qu’améliorer notre état. Et d’autre part, il semble intéressant d’essayer une cure de probiotique pour améliorer nos états anxieux et/ou dépressifs. Il n’est pas facile de définir les souches qui fonctionneront le mieux sur nous car comme évoqué cela semble dépendre de notre microbiote naturel, mais cela peut valoir le coup de tester diverses souches sur quelques mois, parmi celles cités dans cet article.

Infos pratiques : 1/ conserver vos probiotiques au réfrigérateur 2/ les consommer soit 30 mn avant un repas, soit 2 heures après, de façon à diminuer autant que possible le temps dans l’estomac, la cible étant l’intestin.

Une réflexion au sujet de « Anxiété et dépression, guérir avec les probiotiques…? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s