Méditation Mindfulness.

La Méditation de Pleine Conscience (Mindfulness en anglais) : Cette méditation est très à la mode depuis quelque temps, et introduite dans certains parcours de santé au sein d’hôpitaux y compris en France.

Pourquoi cela ? En fait, d’une part cette méditation a été initiée par un médecin américain qui a su utiliser les bons relais de communications, et d’autre part il s’agit d’exercices de méditation directement inspirés des formes traditionnelles bouddhistes expurgés de leur dimension religieuse, favorisant ainsi sa diffusion dans l’espace public.

Concrètement il s’agit de séances de plus ou moins 1 heure, mais il est aussi possible de faire plusieurs exercices de 20 minutes dans la journée, qui vont vous amener à vous recentrer sur vous-même, l’instant présent, votre univers physique direct. La méditation ne consiste pas à penser à rien, contrairement à ce que certains pourraient croire, mais bien à se concentrer sur des petites choses qui nous impliquent. A être conscient de notre être et de ce qui l’entoure en cet instant (d’où la notion de pleine conscience).

Par exemple, un des exercices consiste à se focaliser sur sa respiration, sentir l’air entrer et sortir, maîtriser son inspiration et son expiration et ne penser qu’à cela durant quelques minutes. Durant cette phase, bien entendu des pensées traversent notre esprit. L’exercice consiste alors à accepter ces pensées, les regarder comme étant une chose extérieure, ne pas les juger bonnes ou mauvaises, les laisser passer et se recentrer sur sa respiration. Un autre exercice, appelé le « scan corporel », consiste durant 20 minutes par exemple, à passer en revue, mentalement, tous les membres de son corps, en analysant à chaque fois son état, son ressenti (douleur, chaud, froid, bien-être, …). Bref, à amener l’esprit à se calmer en étant focus sur des éléments concrets, présents, en prise directe avec le réel, avec soi, ici et maintenant.

Concernant la respiration, qui est un des piliers de toute méditation, il est intéressant de remarquer que c’est la seule composante du système autonome (celui qui gère les réflexes que nous ne commandons pas comme la respiration ou les battements cardiaques), sur laquelle il nous est possible d’agir partiellement. Je peux ainsi stopper momentanément ma respiration, mais pas mon rythme cardiaque. La respiration est donc un véritable pont physiologique entre notre système nerveux autonome, et le reste de notre corps. Enfin, il s’avère que la gestion du rythme de notre respiration va avoir un impact sur d’autres organes. Il est donc pertinent de remarquer qu’il y a des milliers d’années, avant la toute connaissance médicale moderne de ces phénomènes, nos ancêtres avaient eu une excellente intuition.

Cette pratique dispose de nombreuses études qui semblent démontrer un bien-être accru pour les gens qui pratiqueraient régulièrement et avec assiduité. Mais il y a aussi des gens pour qui ce type de méditation n’apporte pas grand-chose si ce n’est un moment de calme potentiel au milieu d’une tempête, ce qui n’est déjà pas si mal. Je dirai que le plus important à retenir de cette forme pratique, c’est l’essence même de la méditation qui veut ramener l’esprit là où il est au moment présent. Et, cette philosophie peut s’appliquer à la vie de tous les jours en ne faisant qu’une chose à la fois et en étant concentré sur cette chose.

Les deux mots clés de cette relaxation sont : « ici » et « maintenant », autrement dit se fixer dans un plan géographique et temporel, de façon à ne pas laisser son esprit divaguer dans le passé ou le futur, ce qui est souvent source d’anxiété. En fait, les modalités d’application (respiration consciente, scan corporel, attention fixée, …) ne sont qu’un moyen pratique pour arriver au but qui est d’isoler son esprit de toute interférence extérieure géographique et temporelle. Au bout de quelques minutes de cette pratique, l’esprit doit se relâcher, car il est moins perturbé par des sollicitations, cet état entraînant une baisse du niveau d’anxiété.

Le plus simple pour pratiquer est, soit de s’inscrire à des cours collectifs, soit de pratiquer seul via de nombreuses applications sur smartphone qui sont globalement très bien réalisées. Elles sont souvent payantes (pour avoir quelque chose de qualité c’est normal), mais dites-vous qu’encore une fois cela peut être un très bon investissement sur le long terme. Là encore, il faut compter plusieurs semaines de pratiques pour ressentir d’éventuels bénéfices. Souvent, les programmes en hôpital le sont sur environ 10 semaines à raison de 1 ou 2 cours hebdomadaires.

Exemples d’applications smartphone pour la méditation pleine conscience : Petit bambou, Mindful attitude (gratuite, sponsorisée par l’assureur MAAF), Namatata, …

Une réflexion au sujet de « Méditation Mindfulness. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s